Altares, expert Data
nous suivre Twitter YouTube LinkedIn SlideShare
  • Altares, l'expert data 3.0
    Lecture journal

Comportements de paiement des entreprises en France et en Europe : 1er trimestre 2015

Voisin de 15 jours, le retard moyen de règlement en Europe est proche de son niveau de crise.
En France, le retard moyen se fixe au delà de 13,3 jours un niveau qui n’avait pas été atteint depuis dix ans.

Vous êtes ici » Accueil » Actualités » Nos publications » Comportements de paiement » Comportements de paiement des entreprises en France et en Europe : 1er (...)

Version imprimable de cet article Version imprimable
partager

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans.

En Europe, les retards de paiement évoluent peu, sous la barre des 15 jours.

Les entreprises françaises, deux fois moins vertueuses que leurs voisines allemandes

En France, sur le premier trimestre 2015, à peine plus d’une entreprise sur trois (36,8 %) paye ses factures sans retard ; c’est mieux qu’un an plus tôt (33,3 %) mais moins bien qu’en fin 2014 (38,3 %). La France se positionne sous la moyenne européenne (41,4 %) ; une moyenne dopée par l’excellence allemande et ses 74 % d’entreprises qui respectent les dates de facture. Le comportement allemand est d’autant plus remarquable que les délais contractuels de paiement sont deux fois moindres qu’en France (30 jours contre 60 jours). Au Royaume-Uni, où les délais de règlement usuels sont sous les 60 jours, moins d’une entreprise sur quatre (22,6 %) paye sans retard. Au Sud, l’Espagne (46,3 %) et l’Italie (37,2 %) signent de meilleurs respects des engagements que la France mais les délais contractuels pratiqués sont proches de 120 jours en Italie et encore supérieurs à 90 jours en Espagne.

La reprise puise dans des trésoreries encore faibles

La dégradation des comportements de paiement des entreprises confirme la faiblesse des trésoreries. En France, le taux de longs retards, ceux dépassant de plus de 30 jours l’échéance de la facture, atteint désormais 7,6 %. Si ce pourcentage est inférieur à la moyenne européenne (une entreprise sur dix), il est 2 % plus élevé qu’un an plus tôt. Dans ces conditions, le retard moyen exprimé en jour dérape sur un an. Il a augmenté de 1,6 jour depuis le printemps 2014 et se situe désormais à 13,3 jours une valeur qui n’avait plus été approchée depuis dix ans.

Plus de 90 % des ETI et grandes entreprises françaises payent avec des retards de 1 à 30 jours

Les ETI et Grandes Entreprises (G.E.) sont régulièrement pointées du doigt pour le règlement tardif de leurs factures. Les chiffres de ce début d’année le confirment. Plus de neuf sur dix (92,1 %) paye leurs fournisseurs et sous-traitants avec un retard de 1 à 30 jours. En comparaison, les TPE de moins de 10 salariés sont quasiment deux fois moins nombreuses (49,1 %) dans ce cas.

Télécharger l'étude.

Inscription

Pour accèder aux téléchargements, l'inscription est obligatoire. Vous recevrez votre mot de passe par email.

Dejà inscrit ?

Merci de vous identifier avec votre email et le mot de passe que vous avez reçu par email.


L’analyse de Thierry Millon, Directeur des études Altares
Respecter ses délais de paiement devient un atout stratégique !!
« En France, le crédit interentreprises pèse plus de 635 milliards d’euros ! Cela représente cinq fois le montant total des crédits court terme accordés par les institutions financières (120 milliards d’euros). C’est près du tiers du PIB de la France ! Ces chiffres donnent à eux seuls toute la mesure de l’enjeu financier de la question des délais de règlement. Le retard de paiement n’est pourtant pas une fatalité. De nombreux acteurs économiques du secteur privé comme du public s’efforcent de moderniser l’organisation de leur chaine de facturation pour gagner en performance économique. De la Grande Entreprise à la PME, de l’Établissement public à la collectivité territoriale, les exemples de nouveaux modèles de relation interentreprises efficaces se font jour. Certains en ont fait résolument un atout stratégique fort, que les prix des délais de paiement, auxquels Altares est associé depuis leur création, ont récompensé le 19 juin dernier à Bercy. Payer ses fournisseurs à l’heure aujourd’hui en Europe, c’est pouvoir engager la qualité de sa signature demain sur le plan international. »

Focus chiffres

36,8% de « bons payeurs » en France
13,3 jours de retard de paiement en France

Les cartes

Version imprimable de cet article Version imprimable
partager
Je veux être informé(e) de l’actualité Altares